La trame des sensations

791 h9Si on se concentre sur une perception sensorielle – n’importe laquelle – en s’efforçant de la voir clairement, elle se transforme toujours en un pattern : d’abord il bouge, comme une danse colorée et rythmée plus ou moins complexe, puis peu à peu se simplifie et se stabilise sur une trame quadrillée, avant de s’immobiliser et de disparaître. En arrière-plan, des taches de lumière, plus claires ou plus foncées, se déplacent lentement, changent, apparaissent puis s’estompent, remplacées par d’autres.

Dès qu’on cesse de faire le petit effort de concentration nécessaire pour atteindre le niveau de conscience qui voit la trame des sensations, les perceptions conceptuelles habituelles réapparaissent avec leurs images, leurs sonorités, leurs pensées : ce qu’on appelle la réalité ; mais elles n’ont pas de substance, elles ne sont que des jeux d’énergie en mouvement, qui semblent défiler comme une suite continue d’impressions concrètes.

 

Texte : Notes de Dharma, 24 janvier 1992, Sydney
Peinture : 791 Ombre et lumière – 100 x 65 cm – Acrylique sur papier

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s