Vision du monde

Imacon Color ScannerNotre vision du monde, avec le temps, et la durée d’une certaine permanence des objets et phénomènes, est comme une succession de pauses plus ou moins longues qui se chevauchent : une série d’images ; mais au lieu d’avoir des pauses photographiques d’un soixantième de seconde – un temps très long par rapport à la vie d’une particule –, nous avons des pauses d’une heure, un an, vingt ans, cinquante ans, deux mille ans – un instantané par rapport à la vie des astres et des galaxies.

Dans l’instantané d’une photo, il y a le grouillement de millions de cycles de vie et de mort, comme dans toutes les perceptions de notre vie de quatre-vingts ans – pour l’univers, un flash instantané et immobile.

Si nous ne considérons que la rotation de la terre, en un soixantième de seconde, un objet parcourt 7,7 mètres (il se déplace à 1666 km/h), sans parler du mouvement de la terre autour du soleil (100 000 km/h) ! Le tiraillement entre l’infiniment petit et l’infiniment grand : nous ne percevons ni l’un ni l’autre avec nos sens ! Ils sont pourtant la réalité au milieu de laquelle nous vivons, celle qui nous constitue et est notre environnement nourricier.

Déjà à notre échelle, dans la montagne, le désert, la jungle, la mer … nous sommes bien peu de chose ; pour ne pas parler de l’espace.

Texte : Notes de Dharma, 10 avril 1990, Bangkok
Peinture : 599 Oneness in Duality – 15 x 17 cm – Acrylique sur papier

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s